Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 23:05
L'HEURE DERNIERE / Jean-Louis VALLOIS, notre Ambassadeur de la Paix (France)
L'HEURE DERNIERE / Jean-Louis VALLOIS, notre Ambassadeur de la Paix (France)

L’heure dernière

Alors, on laisse les mots,

Aux pieds des fleurs sauvages.

Et la misère des hommes

Traine à nos pieds.

Là-haut

Fleuri peut-être une étoile…

Ici-bas

Étouffe l’été de Nice…

Alors, on laisse une page ouverte,

Aux pieds des endormis.

Et leur paquet de sombre

Traine à nos mémoires.

Là-haut

Il cherche peut-être une villa,

Ici-bas

Pleure une maison vide…

Alors, on laisse le grand silence,

Aux pieds de la gravité.

Et les larmes dans nos yeux

Traine dans l’ornière de la vie.

Là-haut

Une âme monte peut-être…

Ici-bas

Un être ne se montre plus…

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 10:12
Bogota, capitale de la Colombie
Bogota, capitale de la Colombie

Bogota, capitale de la Colombie

Pour ouvrir partiellement les portes de mon poème, "To Die et Ressusciter», des mots qui ne sont une touche approfondie des blessures silencieuses que je porte sur ma peau, les exécutions dans le noir de la nuit ne sont pas une surprise. Je sais seulement que je suis morte et ravivée pour laisser la montée de la terre de l'eau et ne pas laisser mes frères qui meurent de soif.

Pour mourir et ressusciter ...

Sous un ciel sauvage,
des regards qui étouffent,
Je cherche la paix;
une bataille sanglante est ce que je trouve

Je vois,
dans ce monde sans cœur,
un amalgame de l'imparfait
avec l'inhumanité

Mes mots restreints désapprouvaient, ma mémoire éclipsée;
me poignarde me renforce pour combattre,
sur la rage qui secoue la nudité de ma douleur,
le mépris qui colore la blancheur du papier
où je vous écris le compte des affronts amères

Je lutte avec les mots qui défilent dans mes veines,
sans épargner la douleur,
aimer et haïr à mourir et ressusciter;
la sérénité et le pardon viennent;
sur mes genoux face à l'autel

coups lents qui sectionnent mes pétales
permettez-moi d'exprimer:
"Bien que ce soit la même chose pour être rose ou épine
et sentir la sècheresse dans chaque souffle que j'exhale,
Je ne vais pas arrêter de me battre "

TO DIE ET RESSUSCITER / Noris ROBERTS, notre Ambassadrice de la Paix (Colombie)
TO DIE ET RESSUSCITER / Noris ROBERTS, notre Ambassadrice de la Paix (Colombie)
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 13:58
UNE POESIE D'ESPERANCE / Ziad MEDOUKH, mon ami, ambassadeur de la Paix
UNE POESIE D'ESPERANCE / Ziad MEDOUKH, mon ami, ambassadeur de la Paix
UNE POESIE D'ESPERANCE / Ziad MEDOUKH, mon ami, ambassadeur de la Paix

UNE POESIE D'ESPERANCE / Ziad MEDOUKH

-A tous les poètes engagés partout dans le monde.

Devant la spoliation de mon peuple,

Les agressions dévastatrices ,

La tragédie interminable,

Les crimes perpétrés ,

L’horreur absolue ,

Les droits bafoués quotidiennement,

Le silence infâme,

L’impuissance à arrêter l’arrogance de l’occupant,

Et l’injustice navrante dans des territoires occupés mille fois,

Devant les larmes amères de nos mères endeuillées

Aux cœurs meurtris,

Les visages burinés par l’horreur,

Devant les rêves brisés,

La vie suspendue dans une prison.

Et l’incertitude du lendemain

Moi , libre par le cœur et par l’esprit,

Avec mon amour indéfectible pour la justice,

Moi, guerrier de la liberté et de la fraternité,

Moi, qui ne veux être ni héros, ni victime,

Moi qui, avec endurance, veux seulement vivre digne

Moi, le porte étendard de l’espérance,

Je n’ai que ma poésie.

Si le ciel trace ses chemins et plante des étoiles

Moi, j’ai choisi mon combat

Qui fera sortir de sa torpeur le monde du silence !

J’ai choisi de m’exprimer en vers.

Chacune de mes lignes porte l’espérance !

J’exprime avec pudeur et sans haine le vécu d’un peuple,

Un cri légitime contre l’injustice.

Mes mots se perdent parfois dans les méandres de l’absurde.

Ils errent entre les chimères de la vie.

Ils plongent dans l’effroi et l’incertitude,

Mais ils échappent facilement aux fantômes de la nuit !

Ce sont des mots de lumière qui folâtrent et palpitent

Pour la joie, le rire et l’avenir.

Ma poésie est une poésie qui bouscule les âmes.

Ma plume est une plume lourde de la souffrance de mon peuple.

Je compose mes poèmes de Gaza ma prison :

Gaza est l’âme libre du poète.

Gaza est le sourire brûlant des innocents.

Gaza est l’étoile magique de l’espoir

Qui trouve dans la poésie l’échappatoire

Nécessaire à sa survie !

Avec cette inquiétude, étrangeté du printemps de notre vie

Et la fragilité du sourire de notre existence,

J’écris mes poèmes, car,

C’est dans la poésie que respirent les belles âmes,

C’est dans l’espoir que se glisse leur grandeur.

Ma poésie cherche des solutions de paix et prône l’amour.

C’est une poésie de l’espoir inébranlable et serein,

Une poésie qui nourrit l’âme et fait vibrer le cœur !

Une poésie pour donner un message de quiétude

Qui montre que la vie jaillissante emporte le voile du deuil,

Une poésie qui dit qu’il y aura une fin victorieuse pour les opprimés,

Que le soleil de la paix brillera

Et que la lumière de la justice éclatera !

Mes mots écrits sans rancune et sans violence,

Avec leur force et leur profondeur,

Apaisent ma colère contre la laideur.

J’ai refusé le désespoir.

Ma plume est déchirée

Mais elle distille la vérité.

Je partage ma poésie avec les braves solidaires tourmentés

Qui se battent pour nos droits

Eux, notre soutien face à ce désastre.

La poésie devient pour moi le creuset d’un feu inextinguible,

Une façon de panser la blessure.

Je veux redonner parole à la justice

Car le bruit de l’injustice est insoutenable .

Ma poésie, avec son élan d’espoir si puissant,

résiste !

Ma poésie, avec foi et abnégation , persiste !

Ma poésie aux couleurs pacifistes dénonce l’oppression!

Ma poésie rallume l’espoir au creux d’une aube rougissante!

Ils ne savent pas, les ennemis de la vie

Ils ne savent pas qu’ils peuvent enlever la vie,

Qu’ils peuvent brûler les corps,

Mais jamais, jamais, ils ne tairont les cris de ma plume.

Ma poésie est une poésie que personne ne t’enlèvera ô ma Palestine!

Une poésie qui continue de cultiver cet espoir irréductible

UNE POESIE D'ESPERANCE / Ziad MEDOUKH, mon ami, ambassadeur de la Paix
UNE POESIE D'ESPERANCE / Ziad MEDOUKH, mon ami, ambassadeur de la Paix
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 11:36
J'AIME LA PAIX ET POURQUOI ? / Françoise Marie BERNARD, notre Ambassadrice de la Paix
J'AIME LA PAIX ET POURQUOI ? / Françoise Marie BERNARD, notre Ambassadrice de la Paix

J’AIME LA PAIX ET POUR QUOI ? / Françoise Marie BERNARD

J’aime la paix et pour quoi ?

J’écris pour la paix et pour quoi ?

Des odeurs de serpent se promènent dans l’air

Comme un venin envahissant mon être…

J’aime la vie et la liberté,

Et je veux les chanter à haute voix !

J’aime le bonheur et la joie,

Je veux en profiter comme il me sied !

La vie a un gout sucré et palpitant

Et nous les Humains nous avons le droit

De jouir de ses plaisirs dans le firmament

De notre propre culture, notre esprit, notre foi…

Il n’est pas interdit d’aimer,

Il n’est pas interdit de rire,

Il n’est pas interdit de danser

Quand on veut vivre…

On oublie que nous sommes tous

Les mêmes êtres humains.

Il faut regarder à l’intérieur, en nous,

Profondément méditer sur nos destins…

Les richesses du cœur sonnent dans le monde

Chacun avec sa façon de crier.

Chacun sait se grandir pour voir la ligne des ondes,

Ce ciel où la vie l’appelle pour pleurer.

J’ai mal à mon âme bleue,

Mes pleurs inondent mon regard

Lorsque je pense à tous ceux

Qui ne pleureront plus dans le brouillard…

Toi doit le cœur est givré, en errance,

Regarde-moi dans les yeux, moi le même être que toi,

Regarde-moi et dis-moi où est la différence,

N’y a-t-il plus d’amour au fond de toi ?

Imagine, imagine que dans ton esprit

Il y avait le sourire avant ce diable sourd,

Il y avait l’amour avant la haine et le mépris.

Penses-y, penses-y maintenant et toujours.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 18:56
De nos ambassadeurs de la PAIX : Jean ILLEL (France), Serge H. MOÏSE (Haïti)
De nos ambassadeurs de la PAIX : Jean ILLEL (France), Serge H. MOÏSE (Haïti)
De nos ambassadeurs de la PAIX : Jean ILLEL (France), Serge H. MOÏSE (Haïti)

AU NOM DE LA VIE / Jean HILLEL

Au nom de la vie
au nom de nos enfants
avant qu’il ne soit trop tard
unissons le monde par la fraternité
drapeau universel au cœur.

Ramasse l’étoile
qui t’est tombée
de ta main désespérée
et que tu piétines.
L’étoile c’est toi
qu’elle brille à nouveau
dans ton cœur
de toute sa lumière.

Miracle la vie
du fumier jaillit la fleur
de la putréfaction la beauté
de la violence la fraternité.
Semons les graines de la fraternité

Je vous donne en héritage le royaume
le plus noble le plus grand, le plus beau
celui du cœur humain.
Labourez, labourez, labourez
partagez la récolte dans la joie.

ENTREZ, ENTREZ, ENTREZ, SOLEIL AU CŒUR
DANS LA RONDE PLANÉTAIRE DES HUMAINS
PARTAGEZ LE BRIN D'OLIVIER, SYMBOLE DE FRATERNITÉ

Photo du Dauphiné Libéré

Photo du Dauphiné Libéré

100 millions d'enfants dans le monde ne vont pas à l'école... ici à Haïti
100 millions d'enfants dans le monde ne vont pas à l'école... ici à Haïti

« La Paix » / Serge H. MOÏSE (Haïti)

I

Même si ce n’était qu’un rêve

Il faudrait le cultiver sans trêve

La paix de l’esprit et du cœur

Est la vraie clef du bonheur

II

L’humanité tout entière

Serait bien plus prospère

N’étaient ces foutues guerres

Entre les sœurs et les frères

III

L’orgueil et la mesquinerie

La méfiance et l’hypocrisie

L’envie et la jalousie

Sont sources de tyrannie

IV

Mais il viendra bien ce jour

Où l’humanité vivra d’amour

De franchise et de fraternité

Dans la paix et la solidarité

-----------

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 20:24
POETES DE TOUS LES PAYS DU MONDE / Michel Frantz GRANDOIT (Haïti), Ambassadeur de la Paix,...
POETES DE TOUS LES PAYS DU MONDE / Michel Frantz GRANDOIT (Haïti), Ambassadeur de la Paix,...

Poètes de tous les pays du monde

Ensemble, comme un seul corps,

Profitons de cette chance unique

De pouvoir libérer notre parole intime

Pour proclamer à qui veut nous entendre

Un message de paix.

Arme de puissance immense,

Tu es, ô Poésie.

Un chemin magnifique

Qui conduit l’être humain au mont de compassion

Nous échangerons nos sentiments humains avec l’ardent souci

D’être toujours fidèles, loyalement engagés pour le respect total

Des cultures admirables que l’on trouve en tous lieux,

Toujours prêts à défendre le droit de tous les peuples à être ce qu’ils sont

En toute dignité et en pleine liberté.

Nous parlerons, bien sûr !,

Et notre verbe se fera lumière et création

Mêlant l’amour et l’unité, forgeant les conditions

Pour tout civiliser dans la conciliation.

Venus au rendez-vous de la journée mondiale de libre poésie,

Nous tournerons le dos aux séquelles de la guerre,

Invitant les bourreaux ainsi que les victimes à penser autrement

Et à jeter les bases de la paix partagée et de la connivence.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 07:24
ENFANTS DE VARSOVIE ET DE GAZA / Gérard GAUTIER, poète, ambassadeur de la Paix,...
ENFANTS DE VARSOVIE ET DE GAZA / Gérard GAUTIER, poète, ambassadeur de la Paix,...

Enfants de Varsovie et de Gaza

Du ghetto de Varsovie

Montent sourds, les cris d’horreur

Des enfants d’Israël.

De Gaza la crucifiée

Montent toujours, les cris d’horreur

Des enfants martyrisés.

Je n’entends pas vos cris de révolte,

Je n’entends pas les cris de votre conscience,

Seriez-vous muets du cœur

Celui qui n’a pas de frontière

Celui qui n’a pas de couleur

Les morts appartiennent à l’Universel,

N’ont plus Dieu pour prier

D’yeux pour voir beautés.

Pour gagner Paix intérieure

Bannissez le silence lâcheté

Hurlez avec les opprimés

Pour demain voir fleurir

Dans les champs d’oliviers

La fleur de Paix.

14 juillet 2016, Gérard GAUTIER, Ambassadeur de la Paix.

Honoré par cette distinction pour le poème « Avenirs décimés » et l’ensemble de ses actions en faveur de la Paix

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 07:34
DEUX ANS APRES, NOUS N'OUBLIERONS PAS / Ziad MEDOUKH, notre ambassadeur de la paix, poète...
DEUX ANS APRES, NOUS N'OUBLIERONS PAS / Ziad MEDOUKH, notre ambassadeur de la paix, poète...

DEUX ANS APRES, NOUS N'OUBLIERONS PAS / Ziad MEDOUKH, poète... ambassadeur de la paix.

7 Juillet 2014, 7 juillet 2016 ! Deux ans déjà, deux ans se sont écoulés depuis le début de la nouvelle agression israélienne contre la bande de Gaza en juillet-août 2014-la troisième en cinq ans-. C’est comme si c’était hier, un événement terrible en Palestine, un véritable carnage à Gaza, des crimes et des massacres israéliens contre des civils et des innocents.


Cette nouvelle attaque avait pour objectif de briser la volonté d’une population résistante, d'une population courageuse qui a résolu de défier le blocus, mais qui a surtout décidé de rester attachée à sa terre, en dépit de toutes les difficultés et des mesures atroces d’une occupation aveugle.


Je ne vais pas revenir dans cet article sur les événements tragiques de cette dernière offensive contre la population civile de Gaza, une offensive menée par une puissance militaire contre des enfants, des femmes, des personnes âgées, et des innocents , dans un territoire enfermé, isolé et soumis à un blocus inhumain, offensive qui a duré plus de 50 jours .

Je ne vais rappeler les pertes humaines de ce nouveau pilonnage - plus de 2200 morts, parmi eux, 600 enfants, et 11000 blessés, civils et enfants en majorité-, sans oublier la destruction massive de l'infrastructure civile de la bande de Gaza.

Je ne vais rappeler ce drame, parce que le monde entier le connaît, mais je veux seulement dire à ce monde que rien n’a changé dans notre région oubliée, deux ans après ce nouveau massacre contre nos civils.

Ces jours-ci, les Palestiniens en général, les habitants de Gaza en particulier et avec eux, tous les solidaires internationaux, commémorent le deuxième anniversaire de l’agression israélienne de l’été 2014 .

Difficile d’oublier- et il sera difficile d’oublier, même après des années et des années-, difficile de sortir de nos mémoires ces images bouleversantes de 50 jours de bombes, de missiles et d'attaques sanglantes.

Il est impossible pour nous Palestiniens de Gaza d’oublier la guerre, les morts et les blessés, les maisons et les écoles détruites, les massacres, et les crimes commis par cette armée d’occupation, contre nos femmes et nos enfants, contre nos biens et nos structures, contre notre volonté et notre résistance, contre notre avenir et notre existence.

Comment pourrait-on effacer les événements dramatiques de cette guerre israélienne contre la population civile de Gaza ? Lequel d’entre nous pourrait oublier les pertes humaines, la destruction massive de nos infrastructure civiles ? Y-a-il un seul palestinien de Gaza qui n’ait pas été touché directement ou indirectement par les attaques sanglantes d’une armée d’occupation qui visait avant tout les civils ?

Deux ans après : aucun projet de reconstruction privé ou public n’a commencé dans les rues de Gaza qui témoignent de la barbarie subie pendant ces 50 jours. Partout, ce ne sont que ruines des maisons, des immeubles, des mosquées, des écoles, des stades, des usines ou des bâtiments détruits et visés par les bombardements israéliens.

Deux ans après : les attaques et les agressions se poursuivent jour et nuit provoquant la mort de civils et des dégâts importants. Et cela se poursuivra tant que ces crimes resteront impunis, et tant que cette état d’apartheid et d’occupation ne sera pas jugé pour les crimes de guerre commis contre les enfants de Gaza.

Deux ans après : rien n’a changé pour les sans-abris, plus de 5.000 habitants vivent toujours sous des tentes, dans des caravanes inhabitables, ou à côté des ruines de leurs maisons détruites dans des conditions très difficiles, beaucoup d’habitations n’ont pas été réparées, à cause du maintien du blocus et de l’interdiction d’entrée, par ordre militaire israélien, des matériaux de construction.

Deux ans après : beaucoup d’événements se sont passés en Palestine, notamment le déclenchement d’un soulèvement populaire en Cisjordanie, dans la région, avec l’accord entre la Turquie et Israël , et dans le monde, avec la conférence de paix en France, mais pour la population civile de cette région abandonnée : rien n’a changé.

Deux ans après : Gaza est toujours sous blocus, Gaza subit les bombardements et les raids israéliens, Gaza est plus que jamais une prison à ciel ouvert. Et l’armée de l’occupation poursuit sa politique agressive à l’encontre des Palestiniens.

Deux ans après cette nouvelle offensive, la situation stagne, rien ne bouge. Pour plus de 1,9 millions habitants toujours enfermés, cette situation reste très grave à tous les niveaux, surtout sur le plan humanitaire, malgré, partout dans le monde, la mobilisation internationale contre les crimes israéliens et malgré les promesses de reconstruction rapide.

Deux ans après, aucune enquête officielle a été faite pour juger les criminels de guerre israéliens, et aucune commission s’est rendue sur place pour constater l’ampleur de cette horreur absolue.

Deux ans après, suite à leur résistance remarquable contre les armes de l'aviation, de la marine et la force terrestre israéliennes, rien ne semble différent pour les Palestiniens de Gaza, toujours à la recherche d'une solution politique et pas seulement humanitaire. Les passages et les frontières avec l'extérieur sont souvent fermés par ordre militaire israélien et les produits alimentaires et autres qui entrent à Gaza sont rares. Les autorités israéliennes ouvrent le seul passage commercial qui relie la bande de Gaza à l’extérieur deux ou trois fois par semaine pour permettre l'entrée de 300 camions et de quelques convois humanitaires. Parmi ces camions, 5 à 6 seulement contiennent des matériaux de construction, souvent destinés aux projets internationaux. Ce passage se ferme sous n’importe quel prétexte, par décision israélienne, sans prendre en considération les besoins énormes de la population civile.

Chaque foyer à Gaza n’a droit qu’à 8 heures d’électricité par jour, car la seule centrale électrique, qui a été détruite en juillet 2014, ne fonctionne pas, par manque de fioul et de carburant. Les conséquences sont dramatiques pour les hôpitaux, les centres médicaux, et les institutions éducatives.

L’armée israélienne viole presque tous les jours l’accord du cessez le feu et ne respecte pas la trêve. Souvent, les chars mènent des incursions dans la bande de Gaza. Les soldats contrôlent toujours les zones tampons sur les zones frontalières et tirent sur les paysans. La marine empêche l’extension de la zone de pêche et tire sur les pêcheurs palestiniens et leurs bateaux. Malgré la retenue des factions de Gaza, l’armée d'occupation poursuit ses provocations.

Les Palestiniens de Gaza craignent la reprise des attaques israéliennes à n’importe quel moment et sous n’importe quel prétexte, car la communauté internationale officielle qui a gardé un silence complice durant l’offensive israélienne de l’été dernier, n'exerce pas de pressions sur le gouvernement israélien afin qu'il lève le blocus imposé à la population depuis plus de 9 ans.

Les habitants de Gaza, épuisés à la fin de cette nouvelle agression, ont peur pour leurs enfants et leur avenir. Ils espèrent le début rapide des projets de reconstruction, notamment après les promesses internationales.

L’aspect le plus grave de toute cette situation difficile, aspect qui marque l’esprit de la majorité des habitants, est l’absence de perspectives pour ces gens qui ne voient aucun changement. C’est un sentiment horrible qui va influencer l’avenir de cette génération, surtout des jeunes.

Les Palestiniens de Gaza attendent et attendent. Il n’ont pas d’autre choix que d’attendre. Ils attendent une ouverture, ils attendent la levée de ce blocus inhumain, imposé depuis plus de 9 ans, ils attendent une réelle réaction internationale qui mette fin à l’impunité de cet occupant. Ils attendent avec un courage à toute épreuve, une sérénité exemplaire et une volonté remarquable. Ils attendent avec un message simple est claire : nous n’oublierons pas.

En attendant, à Gaza, la vie continue, ses habitants confiants et déterminés s’adaptent et montrent une patience extraordinaire, ils tiennent bon, persistent, patientent, résistent, restent à côté de leurs maisons détruites, mais surtout, ils continuent d’espérer, espérer un changement radical, une solution politique. Ils espèrent en un lendemain meilleur, un lendemain de liberté, de paix, mais, avant tout et surtout, un lendemain de justice.

DEUX ANS APRES, NOUS N'OUBLIERONS PAS / Ziad MEDOUKH, notre ambassadeur de la paix, poète...
DEUX ANS APRES, NOUS N'OUBLIERONS PAS / Ziad MEDOUKH, notre ambassadeur de la paix, poète...

CES ENFANTS QUE L’ON ASSASSINE, 16 janvier 2009 / Dana LANG, conteur, auteur, poète, ambassadeur de la Paix,...

Je ne peux plus dormir, là-bas,

Là-bas, ce sont les enfants que l’on assassine !

Gaza, tel le ghetto de Varsovie,

Affamée et sans eau, terrorisée,

Assaillie, pilonnée

Dans une bande de quelques kilomètres carrés,

Ils sont des milliers à se terrer,

Ce sont les enfants que l’on assassine

Quels sont ces êtres qui se disent « hommes »

Qui enferment une population entière

Derrière les murs de la honte

D’un minuscule territoire

Pour mieux les massacrer ?

Gaza, sous un déluge de feu et de flammes,

Dans les cris épouvantés

De ces enfants que l’on assassine

Quels sont ces êtres qui se disent « hommes »

Et qui sans témoins, aucun,

À l'abri des regards,

Massacrent sans pitié ?

Gaza résiste

Face à l’occupant qui le chasse sans répit

C’est le sang de ses enfants que l’on assassine

Quels sont ces êtres qui se disent « hommes civilisés » ?

Rien d’autre que des politiques corrompus,

Des nationalistes,

Des militaires fous

Par les grandes puissances, soutenus

Qui se donnent les meilleurs prétextes

Se dotent d’efficaces propagandes

Anéantissent hommes, femmes,

Enfants, vieillards

Et ça, permettez, ce n’est pas la guerre,

C’est une épuration ethnique !

À Gaza, entendez-vous les cris des êtres déchiquetés,

Broyés, blessés, brûlés,

Ce sont toujours les cris des enfants que l’on assassine

À Gaza, ce n’est pas la guerre,

Quand une pluie de tirs de chars,

De tirs depuis bateaux par la mer,

De largages de bombes, d’armes nouvelles,

Tombent par centaines, chaque jour,

Sur les hôpitaux, de l’ONU les bâtiments,

Les réserves de farine, de médicaments,

Gaza affamée, enfermée dans ses murs, sans eau,

Sans pouvoir passer,

Fuir ? Mais où aller ?

Quels sont ces êtres qui se disent « hommes »

Et qui, obstinément, refusent tous passages

Aux médecins, aux secours des agonisants,

Aux blessés ?

À Gaza, comme en Irak, comme au Tibet

Tant que le monde croira aveuglément les agresseurs,

Ce sont encore les enfants que l’on assassine

Quels sont ces êtres de sang froid

Ces monstres qui se disent « hommes »

Et demeurent insensibles à l’inéluctable

Mort programmée

Des Palestiniens martyrisés ?

À Gaza, les terroristes ne sont pas eux,

Mais bien ceux-là qui tuent

Telles des bêtes féroces implacables,

Sans pitié,

Loin de tous témoins, loin des caméras

Car là ce sont bien les enfants que l’on assassine

Quels sont ces êtres qui se disent 'hommes de paix'

Qui se font passer pour des victimes

À longueur de temps

Quand les terroristes ce sont eux qui refusent la paix,

Ne souhaitent que la guerre,

Aussi, ici en France, en d’autres temps

Les « terroristes » étaient ces résistants,

Ce mot arrange bien les puissants,

Les fauteurs de guerre

Qui massacrent et tuent en toute impunité

Ce sont toujours, toujours les enfants qu’ils assassinent

Il faudra bien qu’une voix s’élève pour dénoncer

Ces criminels de guerre et les traduire en justice

Pour « crimes contre l’humanité »

Il faudra bien ne pas croire les mots des lâches

Ils clameront que ce n’était pas vrai,

Ils n’étaient pas responsables,

Quand ce sont les enfants qu’ils assassinent

Mais à Gaza, entendez-vous

Le râle des enfants qui meurent,

À Gaza, les Palestiniens de la Palestine

Sont morts exterminés !

Quels sont ces « hommes de démocratie »

Qui crient victoire quand enfin la terre de la Palestine

Est débarrassée de ses Palestiniens

Quand enfin cette terre leur appartient ?

Mais une voix, des voix doivent s’élever

Contre ces monstres,

Contre ce crime de l’humanité,

Quand dans notre grande naïveté,

Nous croyons tous que cela ne peut plus exister,

Que cela est banni de l’Humanité,

Ouvrons les yeux sur ces crimes à notre porte !

Quels sont ces hommes qui parlent de la SHOAH

Et qui en ont perdu jusqu’au souvenir

Jusqu’à devenir eux-mêmes d’ignobles barbares ?

À Gaza, dans la paix des morts,

Les assaillants danseront et chanteront

Mais ils devront un jour ou l’autre payer

La note de leurs crimes,

Traduits en justice comme les nazis qu’ils sont

Car c’est toujours, toujours les enfants que l’on assassine !!!

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 11:51
POURQUOI NE PAS DONNER / Yves Arsène KOUAKOU, notre ambassadeur de la Paix
POURQUOI NE PAS DONNER / Yves Arsène KOUAKOU, notre ambassadeur de la Paix

Pourquoi ne pas y penser
pourquoi ne pas s'y donner
sans peur
Mais avec le cœur

pourquoi ne pas donner
un peu d'humanité
Autour de nous
A ceux qui n'en ont jamais eue

Pourquoi ne pas donner
de l'amour
à la place de la haine
pourquoi ne pas donner le sourire
A la place des larmes
pourquoi ne pas donner des mots
A la place du silence
pourquoi ne pas donner la paix
A la place de la guerre

Pourquoi ne pas construire un monde plus humain et stable
pour le bonheur de tous les peuples

Partager cet article
Repost0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 19:16
LE FESTIVAL PERE'MANANT / Pierre FOSSEPREZ (France), notre ambassadeur de la Paix
LE FESTIVAL PERE'MANANT / Pierre FOSSEPREZ (France), notre ambassadeur de la Paix

Le Festival Père 'manant

Il est absolument inadmissible et inhumain de devoir se débattre pour avoir un accès à un logement décent, une alimentation saine et une eau saine ; accès à la terre, à l'autonomie, à la santé, à l'éducation, au respect et à l'activité.

Tant que nous ne pourrons pas nous réunir autour d'un objectif commun à toutes les initiatives et à toutes les alternatives, nous ferons le jeu du pouvoir qui ne cherche qu'à diviser pour régner.

Et nous ne serons pas libres !

Tant que nous ne prendrons pas en mains nos propres responsabilités, les abandonnant à une élite, qu'elle soit élue ou non, nous resterons esclaves.

Et nous n'auront pas droit à la parole !

Tant que nous resterons devant des écrans de télévision, d'ordinateur ou de téléphone à regarder,

sans passer derrière ces écrans pour être vus, nous resterons enchainés.

Et nous serons victimes de violences, de l'injustice et de la faim !

Tant que nous nous contenterons de revendiquer ou de critiquer sans avoir mieux à proposer ;

tant que nous ne nous réunirons pas pour bâtir ensemble et mettre en œuvres ces propositions, nous resterons stériles.

Et nous resterons toujours plus affaiblis !

Il faut donc se réunir...

Se réunir pour se rencontrer et aller à la rencontre des autres...

Se réunir pour marcher, créer, chanter, danser et rire...

Se réunir pour proposer, bâtir et travailler. Non plus chacun dans son coin mais ensemble

dans un élan élargit à toute la Nation et à toutes LES Nations...

Se réunir pour montrer et établir un autre avenir possible où chaque être ait sa place, sans plus se préoccuper d'un système dépassé qui s'écroule, restera la seule démarche qui puisse aboutir contre l'injustice.

Le Festival Père'manant a donc pour volonté et réunir des Marches en tous lieux avec des êtres

de toutes origines et de tous horizons pour bâtir...

Bâtir un monde où la Liberté, l’Égalité et la Fraternité ne soient plus de bafoués.

churl padre Festival '

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LE MONDE IMAGINAIRE de Dana LANG, conteuse aux plumes de sioux, fée des loups, auteure Fantasy, contes, nouvelles, poète insurrectionnelle (trilogie de prose poétique), lauréate de 76 Prix littéraires
  • : BIOGRAPHIE Dana LANG *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les Terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain pendant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite des Jours', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel', 'Jusqu'au bout du Voyage', 'La Vie comme un Défi', 'Fais-moi Mourir !', 'Le Bouffeur de Vie', 'L'Ultime Voyage d'un Combattant de la Vie', 'Vogue là où te mènera ton Rêve', 'L' Envol les Ailes Brisées',... édité en juin 2019 par Horizon Littéraire Contemporain : un recueil de prose poétique et de pamphlets de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', 'Je vous écris, Frères Humains', 'À l'Aube d'un Jour, Humanité' et un livret de nouvelles 'Poindra le Jour', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. *En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées'  édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '.   *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *De septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 76 distinctions Littéraires  Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 16 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... *En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... *En 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'... et autres... *Le 9 et 10 septembre 2017, elle reçoit le TROPHEE John Ronald TOLKIEN pour le 2ème volet de sa trilogie fantastique 'Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' tome 2 'Éloïse et le Commandeur du Temps par le CEPAL à Thionville en Lorraine. Elle reçoit d'autres Prix Littéraires Internationaux et le TROPHEE le LAUZUN de BRONZE remis par Pierre BELLEMARE... *Le 26 décembre 2017, elle perd à Douarnenez son époux bien-aimé à la suite de très grandes souffrances et d'une longue agonie de trois ans. Il sera incinéré à Quimper et ses cendres jetées en mer à 300 mètres de leur habitation. *Année 2018, elle devient membre de Bibliothéca Universalis.           * En février 2018, elle écrit plusieurs contes et nouvelles... qu'elle présente à des concours littéraires... *4 avril 2018, elle reçoit une Mention des Arts et Lettres pour son conte 'L'Œil du Dragon'. *10 août 2018, veuve elle revient s'installer avec sa fille aînée dans les Monts du Haut-Beaujolais où de plus en plus atteinte par sa maladie, elle tente de faire éditer tous ses livres. Quelques uns de ses textes paraissent dans diverses revues et livres. *Le 26 janvier 2019, elle devient membre de l'Académie Littéraire et Historique du Val-de-Saône. *Le 1er juin 2019, elle reçoit trois nouveaux Prix Littéraires Internationaux sur un conte, une nouvelle et une poésie décernés par les Arts et Lettres de France. *Le 29 juin 2019, elle reçoit le TROPHEE d'EXCELLENCE sur son OEUVRE LITTERAIRE et le PRIX d'EXCELLENCE sur son conte MAX, LE PETIT SORCIER en Français et traduit en Roumain par les Editions HORIZON LITTERAIRE CONTEMPORAIN représenté par Noëlle ARNOULT et Daniel DRAGONMIRESCU.
  • Contact

Recherche